20 août 2014

Ton héritage - Benjamin Biolay

Audio

C'est étrange, je ne sais pas bien à qui s'adresse cette chanson dans ma tête - certaines phrases pourraient s'adresser à Gaspard ou à moi - mais elle me plonge inévitablement au coeur de mon histoire avec Élise et Gaspard. Cette histoire d'héritage, de transmission, de "on fait comme on peut avec ce qu'on a", ça me parle, forcément. Ça parle à la femme, à la maman de Gaspard et à la maman d'Élise que je suis.

Si tu aimes les soirs de pluie
Mon enfant, mon enfant
Les ruelles de l'Italie
Et les pas des passants
L'éternelle litanie
Des feuilles mortes dans le vent
Qui poussent un dernier cri
Crie mon enfant

Si tu aimes les éclaircies
Mon enfant, mon enfant
Prendre un bain de minuit
Dans le grand océan
Si tu aimes la mauvaise vie
Ton reflet dans l'étang
Si tu veux tes amis
Près de toi tout le temps

Si tu pries quand la nuit tombe
Mon enfant, mon enfant
Si tu ne fleuris pas les tombes
Mais chéris les absents
Si tu as peur de la bombe
Et du ciel trop grand
Si tu parles à ton ombre
De temps en temps

Si tu aimes la marée basse
Mon enfant, mon enfant
Le soleil sur la terrasse
Et la lune sous le vent
Si l'on perd souvent ta trace
Dès qu'arrive le printemps
Si la vie te dépasse
Passe mon enfant

Ça n'est pas ta faute
C'est ton héritage
Et ce sera pire encore
Quand tu auras mon âge
Ça n'est pas ta faute
C'est ta chair, ton sang
Il va falloir faire avec
Ou plutôt sans

Si tu oublies les prénoms
Les adresses et les âges
Mais presque jamais le son
D'une voix, un visage
Si tu aimes ce qui est bon
Si tu vois des mirages
Si tu préfères Paris
Quand vient l'orage

Si tu aimes les goûts amers
Et les hivers tout blancs
Si tu aimes les derniers verres
Et les mystères troublants
Si tu aimes sentir la terre
Et jaillir le volcan
Si tu as peur du vide
Vide mon enfant

Ça n'est pas ta faute
C'est ton héritage
Et ce sera pire encore
Quand tu auras mon âge
Ça n'est pas ta faute
C'est ta chair, ton sang
Il va falloir faire avec
Ou plutôt sans

Si tu aimes partir avant
Mon enfant, mon enfant
Avant que l'autre s'éveille
Avant qu'il te laisse en plan
Si tu as peur du sommeil
Et que passe le temps
Si tu aimes l'automne vermeil
Merveille rouge sang

Si tu as peur de la foule
Mais supporte les gens
Si tes idéaux s'écroulent
Le soir de tes 20 ans
Et si tout se déroule
Jamais comme dans tes plans
Si tu n'es qu'une pierre qui roule
Roule mon enfant

Ça n'est pas ta faute
C'est ton héritage
Et ça sera pire encore
Quand tu auras mon âge
Ça n'est pas ta faute
C'est ta chair, ton sang
Il va falloir faire avec
Ou plutôt sans

Mon enfant... Mon enfant...

Posté par Tannabelle à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


11 août 2014

Manu dans les arbres ou les sirènes tranquilles

Audio

Cela doit faire des semaines, voire des mois, que la chanson Sirens call de Cats on trees est sortie mais comme je suis branchée soit sur Europe 1, soit sur Nostalgie*, j'ai un peu de retard question "nouveautés pop-rock" !

*Et dire que, plus jeune, je me moquais de mon père qui écoutait "la radio des morts". Pourtant, à l'époque, il avait quelques années de plus que l'âge que j'ai aujourd'hui ! ^^

Mais pendant les vacances, j'ai eu l'occasion de l'entendre plusieurs fois et ainsi de remarquer une troublante similitude entre l'intro et le début de la chanson Sois tranquille d'Emmanuel Moire. Juste quelques notes de piano, qui me transportent bientôt 11 mois en arrière...
Depuis, impossible d'entendre Cats on trees - que ce soit celle-ci ou une autre - sans penser à Emmanuel Moire donc à Élise...

Si vous voulez vérifier :

Sirens call de Cats on trees

Sois tranquille d'Emmanuel Moire

Posté par Tannabelle à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06 août 2014

Handicap

Je sais que je me lance sur un terrain plus que sensible mais cette nouvelle ne m'a pas laissée indifférente, je ne peux qu'en parler ici.
Parce qu'il est question de jumeaux - un garçon et une fille, qui plus est.
Parce qu'il est question de handicap.
Parce qu'il est question de handicap pour l'un de ces jumeaux.

Je parle de ce jumeau porteur de trisomie 21 et de sa jumelle "saine", portés et mis au monde par une mère porteuse thaïlandaise pour un couple australien, qui a récupéré la petite fille mais abandonné le petit garçon.
(Je ne mettrai pas de lien vers un quelconque article parlant de ce "fait divers" car tous les commentaires que j'ai lus ici ou là sur tel ou tel article traitant de ce sujet me débectent. J'imagine toutefois que vous avez entendu parler de cette histoire ou qu'à défaut vous saurez bien trouver sur Internet ou ailleurs de quoi il s'agit.)
Tout le monde condamne ce couple et leur décision, y compris en France - en France où il est légal de pratiquer une interruption médicale de grossesse à n'importe quel stade de la grossesse, en France où il est légal de pratiquer une interruption médicale de grossesse parce que le bébé est porteur de trisomie 21, en France où il est légal de pratiquer une interruption sélective de grossesse.

Réflexion

Je ne veux pas me lancer dans le débat sur la gestation pour autrui.
Je ne veux pas non plus me lancer dans le débat sur l'interruption médicale de grossesse pour cause de trisomie 21.
Je m'interroge simplement sur le sens de cette condamnation publique, alors que d'autres couples font exactement la même démarche : rejeter, par le biais d'une IMG ou d'une ISG, leur enfant handicapé (et je ne parle pas ici que de trisomie 21).
Pourquoi condamner ce couple et pas ces parents - dont je fais partie depuis bientôt 11 mois - qui font pourtant le même choix ?
Pourquoi ce bébé, à qui je ne souhaite évidemment aucun mal, a-t-il récolté autant de dons pour sa survie alors qu'ils sont des millions à travers le monde à lutter pour survivre ?

Il y a une logique qui m'échappe.
Cette situation m'interpelle autant que les réactions si radicales qu'elle suscite.

D'ici et d'ailleurs - Épisode 9

Le dernier bilan statistique "classique" remonte à près de cinq mois : il est temps de faire le point sur ce qui a amené les visiteurs sur le blog !

Anomalies

  • cerveau mécanique
  • ventricule 12 mm 26 SA
  • dilatation ventriculaire 10 mm 2014
  • avis benouaiche fente labio-palatine
  • fente labiale double qu'est-ce que c'est ?
  • dilatation des ventricules du cerveau sans gravité
  • neuro-pédiatre diagnostic sur ventriculomégalie évolutive
  • dilatation ventriculaire
  • périmètre crânien dilatation Necker
  • témoignage amniocentèse à Arnaud-de-Villeneuve
  • taille normale des ventricules cérébraux grossesse
  • caryotype cérébral
  • neuropédiatre en Martinique
  • pourquoi le ventricule cérébral des bébés se dilate pendant la grossesse
  • ventriculomégalie qui revient normal
  • ventricules latéraux dilatés
  • ventricules cérébraux
  • dilatation des ventricules latéraux cérébraux
  • enceinte malgré mauvais caryotype
  • double fente labio-palatine
  • hydrocéphalie diagnostic prénatal

Art

  • A beautiful body Jade Beall
  • paroles de chanson Derrière l'arc-en-ciel
  • musique un pas en avant un pas en arrière
  • Pierre Perret et ses jumeaux
  • envoyer par email J'ai pas les mots de Grand Corps Malade
  • Grand Corps Malade paroles chansons sur le deuil
  • paroles Lavilliers chanson Moselle
  • blog sur Lavilliers
  • France Gall pourtant on rit encore
  • benjamin gibaux petite chose
  • sois tranquille paroles PDF
  • sculpture de l'enfant avorté d'un artiste slovaque
  • Melody Gardot handicap
  • l'enfant avorté sculpture

Blog

  • Tanabelle et ses grumeaux
  • Nos absents par Tannabelle grumeau
  • J'ai pas les mots par grumeaux
  • Grand Corps Malade Tannabelle grumeau
  • grumeaux Gaspard
  • blog mes grumeaux
  • mesgrumeauxetmoi
  • les grumeaux
  • Tannabelle
  • Tannabelle grumeaux
  • blog Tannabelle et ses grumeaux
  • blog fente labio palatine
  • blog Tannabelle

Deuil périnatal

  • sur l'échelle je voudrais
  • sur l'échelle je voudrais monter
  • je voudrais monter sur l'échelle
  • PDF deuil jumeau
  • jumeau non viable
  • musique deuil bébé
  • blog Ginie deuil périnatal
  • le magazine de la santé deuil périnatal
  • foetus non viable
  • séquelles non viable foetus

Divers

  • endométriose
  • les Razmoquette
  • robe Séraphine
  • la tête dans les étoiles
  • petites choses
  • Over ze rainbow
  • nuée d'étoiles dessins
  • tout sur la grossesse gémellaire
  • témoignage de maman rhésus négatif
  • Jade et Gaspard
  • jumeaux mon homme me quitte
  • dessin poussette 2 jumeaux garçon
  • overzerainbow
  • photo annonce grossesse
  • Youtube Marc Lavoine chanson parle-moi d'amour
  • les jumeaux Razmoket
  • papillotes verre
  • texte annonce marraine
  • PMA Lens les erreurs médicales
  • dessin tombée d'étoiles
  • faire des papillotes sans aluminium sans plastique
  • alternative aluminium cuisson papillote
  • nouvelle échographie
  • cuisson en papillote sans danger
  • que faire une fois qu'il y a des grumeaux
  • que se passe-t-il si on laisse les grumeaux
  • annoncer avec un dessin grossesse
  • prénatalité arte 27 juin 2014
  • un bébé se fait à deux
  • FIV sans jumeaux
  • Ingrid Chauvin août 2014

Fait-maison

  • centre de table montgolfière
  • fabrication d'une montgolfière
  • mobile bébé perle
  • montgolfière à fabriquer
  • rideaux fait-maison
  • fabrication mobile montgolfière
  • montgolfière fabriquer
  • patron montgolfière
  • patron mobile montgolfière
  • ballon papier montgolfière bébé
  • montgolfière déco
  • comment faire une montgolfière miniature
  • samouraï gigoteuse
  • fabriquer mini montgolfière papier
  • dessin patron mobile montgolfière
  • mobile montgolfières à créer en papier
  • couper une montgolfière dans un carton
  • la réalisation d'une montgolfière en papier
  • montgolfière patron précis
  • le patron de la montgolfière
  • mobile montgolfière à imprimer
  • gigoteuse maison

Hein ?

  • grossesse Kinder
  • préparer ses obsèques humour
  • blog la réunion Jenifer cerveaux
  • sensation d'avoir des grumeaux dans le ventre
  • ventre sans nombril
  • les vergetures en arabe
  • allô docteur peut-on manger des knacki pendant la grossesse
  • une page qui tourne

IMG/ISG

  • résultat caryotype et IMG
  • j'ai refusé l'IMG
  • IMG en cas de grossesse gémellaire
  • interruption grossesse cérébrale jumeau
  • interruption sélective de grossesse jumeaux
  • IMG grossesse gémellaire
  • quand accepter IMG
  • interruption de grossesse anomalie cérébrale
  • IMG sélective grossesse gémellaire
  • IMG grossesse gémellaire
  • interruption médicale de grossesse blog
  • deuil IMG et nouvelle naissance
  • psychologie IMG
  • IMG ISG
  • interruption médicale de grossesse

Piercing/Tatouage

  • tatouage empreinte pied
  • Jenifer tatouage ventre
  • tatouage battement cardiaque
  • piercing nombril
  • tatouage ventre grossesse
  • tatouage sur vergeture ventre
  • tatouage homme ventre côté
  • piercing au nombril
  • tatouage trace de pied
  • tatouage discret représentant loup
  • tatouage sur vergeture
  • tatouage empreinte de pied bébé
  • tatouer des vergetures
  • piercing nombril sur gros ventre
  • piercing entre les seins
  • tatouage empreinte main
  • tatouage ventre femme

Ventre

  • femme enceinte ventre fermeture
  • mon ventre après grossesse
  • nombril qui bouge grossesse
  • hématome sur le nombril après une FIV
  • ventre grossesse gemellaire 8 mois
  • nombril sortant
  • position jumeaux ventre
  • ventre fin de grossesse

Vergetures

  • vergetures 30 SA
  • fille grosse vergeture
  • vergetures nombril après grossesse
  • ventre vergeture
  • vergeture homme
  • vergetures grossesse

Via Canalblog

  • endométriose
  • Serge Reggiani
  • perte d'un enfant
  • Emmanuel Moire
  • administratif
  • abréviation
  • hydrocéphalie
  • amniocentèse
  • montgolfière
  • épisode 6
  • jumeaux
  • fatigué
  • parenthèse inattendue
  • demain dès l'aube
  • Petite Émilie
  • deuil périnatal
  • vous auriez été fatigués
  • carrés démaquillants
  • Tannabelle
  • perte bébé
  • coussin de grossesse
  • papier montgolfière
  • prématuré
  • couche
  • explications gratuites

 

 

Et les grumeaux ont encore visité de nouvelles contrées ! :-)

  • Argentine
  • Autriche
  • Burkina Faso
  • Chili
  • Colombie
  • Dominique
  • Égypte
  • Estonie
  • Guinée
  • Guyane française
  • Japon
  • Lituanie
  • Moldavie
  • Namibie
  • République tchèque
  • Roumanie

Statistiques

Posté par Tannabelle à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 août 2014

Non mais franchement !

Puisque je suis lancée sur l'administration française, autant continuer... avec la Caisse d'allocations familiales, cette fois-ci !

CAF

Début avril, pour 30 jours de congé maternité et 1 jour de congé parental en mars, j'avais touché quasiment un mois de salaire complet (déduction faite du 31 mars, donc)... ainsi qu'un mois de CLCA complet (= complément de libre choix d'activité, l'indemnité que l'on touche quand on prend un congé parental) de la part de la CAF !
Dans la foulée du versement de cette indemnité, j'avais même envoyé un mail à la CAF pour m'assurer que ce n'était pas une erreur et qu'on ne me réclamerait pas le trop-perçu plus tard - ce qu'on m'a confirmé, le plus naturellement du monde...

Aujourd'hui, en ce début du mois d'août, pour 15 jours de congé parental puis 16 jours de congés payés en juillet, je vous le donne en mille : j'ai touché un mois de CLCA complet !
Bon, j'ai aussi touché un mois de salaire complet au lieu d'une bonne moitié mais, pour le coup, ce doit être une erreur ! ^^

En avril comme aujourd'hui, je m'attendais à toucher un CLCA proportionnel au nombre de jours de congé parental dans le mois précédent. Alors, évidemment, je ne crache pas sur cette petite rentrée d'argent inattendue mais je ne trouve vraiment pas ça logique ! Je ne sais pas combien de milliers d'euros on pourrait économiser avec des versements au pro rata mais ce serait toujours ça, non ?!

Du coup, vous l'avez compris : si vous le pouvez et si votre salaire est supérieur au CLCA (ce que je vous souhaite !), vous avez intérêt à démarrer votre congé parental le plus tard possible dans le mois et à l'arrêter le plus tôt possible !


Assurance maladie

Je ne suis pas du genre à tomber dans les clichés sur les administrations françaises et sur les fonctionnaires mais je dois avouer que mes récents échanges avec l'assurance maladie entachent un peu mon objectivité !

Assurance maladie

  • Le 25 juin dernier, j'ai envoyé un message via mon compte personnel du site ameli.fr pour savoir si je serais considérée comme étant déjà "maman d'un ou deux enfants" pour le calcul de la durée de mon prochain congé maternité.
  • Le 26 juin, on m'a répondu, avec quelques explications et précisions annexes, que l'indemnité journalière maternité était égale à mon gain journalier moyen net calculé d'après les trois derniers mois de salaire précédant le congé prénatal.
  • Le 26 juin, j'ai répondu en la jouant "profil bas", au cas où je me serais mal exprimée (!) dans ma demande initiale, et en reformulant ma question. J'ai ainsi demandé si j'étais "considérée comme ayant mis au monde un ou deux enfants nés viables".
  • Le 27 juin, on m'a répondu que ma question avait été "transmise au service expert".
  • Le 11 juillet, on m'a répondu que, pour avoir droit à l'allongement du congé maternité pour un troisième enfant, il fallait avoir mis au monde deux enfants viables et que je n'avais fourni, pour Élise, qu'un acte d'enfant sans vie (sous-entendu : qui ne précise pas si elle est née viable ou non).
  • Le 12 juillet, j'ai demandé s'il suffisait que je fournisse un certificat attestant que ma fille est née à plus de 22 SA et pesait plus de 500 grammes à la naissance pour que la situation soit régularisée.
    Le site de Petite Émilie distingue en effet les certificats d'accouchement d'un mort-né viable et d'un mort-né non viable, en précisant ceci : "Viabilité non définie dans la loi ; la sécurité sociale et la plupart des maternités ont gardé le seuil de 22 SA et 500g de poids de naissance en attendant de nouvelles directives ministérielles".
  • Le 16 juillet, on m'a répondu que ma question avait été "transmise au service concerné".
  • Le 17 juillet, on m'a expliqué ceci (la réponse est trop belle pour que je ne vous la reproduise pas texto et in extenso) :
    "Suite à votre courriel du 16/07/2014, je vous informe que nous avons indemnisé (1) votre repos maternité sur la base d'une grossesse gémellaire avec un enfant à charge (2). Les indemnités journalières du 05/08/2013 au 30/03/2014 (3) ont été versées à votre employeur, soit 34 semaines qui correspondent bien au repos maternité dû pour 3 enfants à votre charge (4).
    J'espère avoir répondu à votre demande."

    1) Je vous parlais de mon congé maternité à venir ; j'ai donc été surprise de trouver du passé composé dans votre réponse.
    2) Je ne sais pas d'où sort l'enfant que j'avais déjà à charge pendant ma grossesse gémellaire mais je vous assure que, si j'avais déjà été enceinte au point d'accoucher d'un enfant vraisemblablement vivant et vraisemblablement déjà âgé d'au moins quelques mois (puisque toujours à charge pendant la grossesse de mes jumeaux), je m'en serais certainement aperçue.
    3) Ces dates correspondent au congé maternité de ma première grossesse. Vous me direz, ça colle avec le passé composé et l'évocation de la grossesse gémellaire de la première phrase.
    4) Je suis ravie de voir que, en plus de m'avoir inventé un aîné, vous avez également pu ressusciter ma fille puisque, selon vous, j'ai désormais trois enfants à charge. Je vous saurai donc immensément gré de m'indiquer où se trouve ma fille.

    Bien sûr, ce n'est pas ce que j'ai répondu mais simplement ce que j'ai pensé.
  • Le 17 juillet, j'ai donc répondu que je n'avais pas compris cette réponse et réitéré, avec une certaine dose d'insistance polie, ma question.
    J'ai parlé de "la (dernière) réponse (...), que je n'ai pas comprise".
    J'ai rappelé que "ma question port(ait) sur ma nouvelle grossesse" et, un peu plus loin, sur "ma nouvelle grossesse qui vient de démarrer".
    J'ai répété que je souhaitais "connaître la durée de mon FUTUR congé maternité".
    J'ai redonné les informations concernant "ma première grossesse" et "mes premiers enfants".
    Je leur ai même donné mon numéro de téléphone, leur suggérant que ce serait peut-être plus simple de voir tout ça en direct.
  • Et le 21 juillet, j'ai enfin reçu une réponse adaptée et exhaustive : il suffit que je leur envoie le certificat de viabilité d'Élise pour que je puisse bénéficier de ce congé maternité pour troisième enfant, qui durera bien 26 semaines !

Et que celui ou celle qui trouve mesquin que je "réclame" ou "me batte" pour ce congé maternité allongé se pose la question : à son avis, entre "ma fille morte et un congé maternité plus long" ou "ma fille vivante et un congé maternité plus court", qu'est-ce que je choisirais si je pouvais ?!

Et puis, de toutes façons, la loi est ainsi faite : je ne vole personne, je ne contourne aucune législation, je me contente de faire valoir mes droits et de faire reconnaître ma fille !

01 août 2014

Interview d'Ingrid Chauvin

Vidéo

 

"Ce qui est difficile à se dire, c'est qu'on va rester avec ce poids et cette douleur toute sa vie."

 

Interview d'Ingrid Chauvin suite au décès de sa fille de 5 mois, réalisée pour l'émission "Sept à huit", diffusée sur TF1
Date : 13 juillet 2014
Durée : 11 mn

31 juillet 2014

Échographie du premier trimestre

Aujourd'hui avait lieu l'échographie du premier trimestre, réalisée au CHU où j'ai été suivie pour ma première grossesse mais avec une sage-femme que nous ne connaissions pas.
En chemin, j'ai d'ailleurs confié l'une de mes craintes à mon homme : que les sages-femmes auxquelles j'allais avoir affaire pendant cette nouvelle grossesse manquent d'empathie par rapport à notre histoire et à celle d'Élise. Heureusement, la sage-femme que nous avons vue aujourd'hui s'est montrée à la hauteur, en faisant preuve à la fois de compréhension et de discrétion par rapport à Élise.

L'échographie

L'échographie en elle-même s'est bien passée.

Je ne dirai pas que tout va bien pour le haricot ; je dirai que l'échographie n'a rien révélé d'anormal - pour l'instant.
Je ne dis pas que la prochaine révèlera forcément quelque chose ; je dis simplement que, entre 16h20 et 16h35 cette après-midi, le haricot semblait bien aller.
C'est tout ce qu'a pu nous dire l'échographie. Elle ne nous a pas dit que le haricot allait bien ; elle ne nous a pas dit que le haricot irait bien jusqu'à la naissance ; elle ne nous a pas dit que les examens suivants ne révèleraient rien d'anormal.
L'échographie n'est qu'une photographie à l'instant T qui ne peut que laisser supposer une tendance ou une évolution mais qui ne peut rien affirmer.
Ce n'est pas parce que rien n'était anormal aujourd'hui que rien ne le sera plus tard.

Alors oui, cette échographie s'est bien passée mais je ne suis pas rassurée pour autant. J'ai simplement hâte que ce haricot soit hors de mon ventre. Quel comble pour une femme enceinte, dont le ventre est censé être l'endroit le plus sécurisant pour un être en devenir !...

Lorsque la sage-femme s'est intéressée au cerveau du bébé, même si je me doutais déjà de sa réponse, je n'ai pu m'empêcher de lui demander s'il était trop tôt pour voir les ventricules. Elle nous a confirmé que ces ventricules ne sont formés que vers le cinquième mois. Même s'il est quasiment improbable que les malformations d'Élise se reproduisent, nous devrons donc encore patienter avant d'être rassurés sur ce point.

Je dois avouer également que, avant que l'écran n'affiche les premières images, je gardais l'espoir complètement ridicule que, lors de la première échographie, l'échographiste se soit lamentablement trompé et n'ait pas vu qu'il y avait deux embryons. Je suis vite redescendue sur terre. J'avais cet espoir, cette envie et pourtant je sais très bien que, pour plein de raisons, une nouvelle grossesse gémellaire aurait été extrêmement difficile à gérer...

Après l'échographie, compte tenu de notre histoire, la sage-femme m'a demandé de quel suivi je souhaitais bénéficier : par des sages-femmes "lambda" ou par le Pr Verspyck et le Dr Brasseur. J'ai une première consultation avec une (autre) sage-femme la semaine prochaine ; il me suffira de lui dire ce que je préfère.
J'avoue que, pour l'instant, je ne sais pas vraiment... D'un côté, j'aurais compris qu'on "m'impose" un suivi lambda, qui correspondrait à cette grossesse et compte tenu du fait qu'aucune récidive n'est à craindre a priori ; de l'autre, j'apprécie qu'elle m'ait laissé le choix, simplement parce qu'elle a compris que cette nouvelle grossesse n'était pas tout-à-fait une grossesse comme les autres, bien qu'elle se présente normalement sur le plan obstétrical.

Autour de l'échographie

Quant à ce qui m'a animée avant l'échographie, ce n'était pas mieux que lors de l'échographie de datation : du "cogitage" et des larmes. Refaire le trajet jusqu'à l'hôpital, repasser par l'accueil, croiser les mêmes personnes, sentir à nouveau les odeurs des locaux, revoir les salles où nous avons passé telle ou telle échographie, où nous avons entendu telle ou telle annonce, où nous avons rencontré tel ou tel spécialiste. Tout est remonté en une bouffée.
Je ne pouvais qu'évacuer tout ça par les larmes.

Et puis, dès l'apparition de l'image à l'écran, une révélation : il y a bien un bébé qui grandit dans mon ventre. Depuis que mon homme et moi sommes au courant de cette grossesse, nous y pensons à peine. Bien sûr, nous en parlons, nous nous préparons à l'idée de vivre avec un enfant de plus mais nous ne l'évoquons pas quotidiennement. Il nous arrive même de passer toute une journée sans l'avoir à l'esprit. Je crois bien que ni mon homme ni moi n'avions imaginé ce bébé avant aujourd'hui. Nous ne nous étions pas projetés, nous n'avions pas posé d'images sur sa réalité.
Alors les premières images de l'échographie ont été une véritable claque pour nous deux. Mais sans doute cette claque nous aidera-t-elle à investir davantage cette grossesse et à donner à ce bébé - aussi désiré qu'il fût, pourtant - la place qu'il mérite.

Encore une facette de notre vie qui prouve, si certains lecteurs de ce blog en doutaient encore, que le deuil périnatal ne s'arrête pas aux adieux que l'on fait à son enfant. Ce qui nous est arrivé et ce qui est arrivé à Élise se traduisent chaque jour dans notre vie, dans notre quotidien, dans les grandes choses que nous vivons comme dans les gestes les plus anodins.

J'ai souvent entendu parler du "bébé d'après" en cas de deuil périnatal. En l'occurrence, en plus d'être le "bébé d'en même temps", Gaspard est aussi un peu ce "bébé d'après". Et, bien que j'aie encore du mal à attribuer une place à ce bébé à venir, c'est surtout cette grossesse qui, pour moi, est "celle d'après"...

Échographie de datation

Vers la mi-juin, j'ai découvert que j'étais de nouveau enceinte.

Comme mes règles sont très irrégulières (elles ont déjà mis de 3 à 7 semaines pour réapparaître) et que je n'ai pas noté sur le calendrier tous les câlins que mon homme et moi avons faits ;-), je ne savais pas à quand remontait le début de cette nouvelle grossesse. Mon médecin traitant m'a alors prescrit une échographie de datation, que j'ai réalisée fin juin "en ville", comme on dit, dans un laboratoire à quelques minutes à pieds de chez moi, avant de continuer mon suivi à l'hôpital où ma grossesse de 2013 a été prise en charge.

Je savais que cette échographie serait expéditive puisqu'elle ne sert qu'à estimer la date de début de grossesse et, par extension, la date du terme.

Pourtant, je n'ai pu m'empêcher de cogiter plusieurs jours avant, de pleurer sur le chemin, de sangloter aussi discrètement que possible dans la salle d'attente et de retenir mes larmes avec peine en entrant dans la salle d'échographie.

J'étais évidemment accompagnée de Gaspard, ce que l'échographiste n'a pas manqué de (faire) remarquer en demandant son âge.

L'examen a duré quelques secondes à peine. Remarquant que je cherchais à voir l'écran, l'échographiste m'a dit : "Je vais vous montrer après. Enfin, si vous voulez que je vous montre." Sur le coup, je n'ai pas tilté et ai juste confirmé que je souhaitais voir.

Après m'avoir annoncé les dates estimées de début de grossesse et de terme, l'échographiste m'a demandé :
"C'est quoi le projet ?"
"C'est-à-dire ?"
"Eh bien, vu que votre petit a 9 mois, je ne sais pas si c'est une grossesse désirée..."

Il m'a fallu un instant avant de comprendre que derrière le mot "projet" se cachait en réalité une alternative : poursuite de la grossesse ou avortement.

"Alors en fait j'ai déjà tué ma fille donc ce bébé-là, je vais essayer de le mettre au monde vivant - et en bonne santé, idéalement - si vous voulez bien." Ça, c'est ce que j'aurais voulu lui répondre.
À la place, je me suis contentée d'un laconique : "Si si, c'est une grossesse désirée."

Je sais qu'il faut bien que ceux qui annoncent ou confirment une grossesse débutante aient un a priori, en faveur ou non de ladite grossesse : je n'avais simplement pas besoin d'un tel sous-entendu ce jour-là...

Posté par Tannabelle à 21:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 juillet 2014

Vacances... terminées !

Cet été, nous ne sommes pas partis en vacances, congé parental oblige : c'est pas payé bien lourd, ce truc-là ! ;-)
Cela dit, nous le savions avant que je ne le prenne. Et puis il n'aura duré que 15 semaines et nous avions quelques économies qui nous ont permis de voir venir pendant cette période-là.
Depuis le 16 juillet, je ne suis donc plus en congé parental mais en congés payés - jusqu'au 23 septembre inclus. J'avais fait un calcul (trèèèès) savant entre mes congés 2012-2013 restants et mes congés 2013-2014 acquis pour reprendre le travail quelques jours après l'entrée à la crèche de Gaspard et pour ne surtout pas reprendre le 18, le 19 ou le 23 septembre.

Aux destinations lointaines et/ou exotiques, nous avons donc préféré un terrain connu, composé :

  • de longues plages de sable fin,
  • d'une météo toujours agréable pour peu qu'on sache voir à travers les nuages (c'est une qualité que l'on acquiert forcément quand on a un enfant au ciel),
  • d'autochtones accueillants,
  • d'une gastronomie locale gourmande et
  • d'un envahissement touristique raisonnable.

À travers cette carte postale invitant au voyage, vous avez évidemment tous reconnu... la Côte d'Opale ! :-)

 

Même si nous ne sommes partis ni loin ni longtemps, nous avons vécu ces quelques jours à un autre rythme et ensemble - à quatre, presque.

Lundi, nous avons fêté notre anniversaire de mariage. Il y a eu des larmes, forcément. Parce que la famille que nous avions imaginée il y a 7 ans ne ressemblait vraiment pas à ça.

Mardi, nous sommes allés au cimetière pour planter deux petits arbustes persistants dans la jardinière permanente de la tombe d'Élise, dont le monument et la stèle avaient été terminés deux mois plus tôt.

Tombe 20140724 1 Tombe 20140724 2
Je n'aurais jamais pensé dire ça un jour mais ce que "j'aime" dans la tombe d'Élise, c'est qu'on croirait qu'elle a croqué un bout de nuage.

Jeudi, nous sommes allés à la plage avec Gaspard. C'était un vrai bonheur de le voir gambader à quatre pattes dans la rivière d'eau de mer tracée par la marée descendante.

Ombres sable Sable Stella

Posté par Tannabelle à 15:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,