Dans un précédent billet, j'évoquais les pochettes alimentaires vendues par www.sans-bpa.com en guise d'alternative saine et écolo à l'aluminium ou au papier sulfurisé pour emballer les aliments mais regrettais de ne pas avoir encore trouvé de solution équivalente pour les papillotes.

Après quelques recherches complémentaires, je suis finalement arrivée à cette conclusion : rien de tel que le verre pour faire cuire les aliments !

En effet, d'après plusieurs sources concordantes que je cite plus bas, le silicone est loin d'être une alternative satisfaisante, quels qu'en soient la qualité et le prix d'ailleurs.

Le silicone, qu'est-ce que c'est ?

Le silicone alimentaire est un mélange de polymères de silicone associé à un catalyseur. Les matériaux alimentaires sont censés rester inertes, c'est-à-dire qu'ils doivent empêcher la migration des particules vers les aliments.
Cependant, certains fabricants de moules en silicone utilisent des agents de remplissage qui peuvent diminuer la résistance des produits et donner un goût ou une odeur de caoutchouc aux aliments.
En fonction du catalyseur utilisé, on distingue deux types de silicone :

  • le silicone platine, qui reste inerte jusqu'à 250-300°C,
  • le silicone peroxydé, qui reste inerte jusqu'à 160°C (une température relativement basse !).

Quel silicone choisir ?

Malheureusement aucun étiquetage ne permet de distinguer ces deux types de silicone. Plusieurs sites mentionnent toutefois deux astuces simples pour faire la distinction soi-même :

  • Avant l'achat : si une marque blanche apparaît lorsque l'on pince le silicone, il y a de fortes chances qu'il s'agisse de silicone peroxydé.
  • Après l'achat : le silicone peroxydé dégage une odeur désagréable, surtout lors des premières utilisations.

On aurait donc tendance à préférer le silicone platine (qui reste généralement plus cher que le peroxydé). Toutefois, l'Office fédéral de la Santé publique suisse recommande de ne pas chauffer les moules, quel que soit le type de silicone, à plus de 200°C. Au-delà de cette température, le silicone semble en effet se dégrader plus vite et favoriser la migration de substances chimiques vers l’aliment.

Si vous souhaitez tout de même utiliser des moules en silicone, mieux vaut prendre cette précaution préalablement à toute utilisation : curer le moule, c'est-à-dire le "nettoyer" (avec un mélange d'eau et d'huile car le silicone n'aime pas être chauffé "pour rien" - pensez-y aussi si tous les compartiments de votre moule ne sont pas remplis avec votre préparation quand vous cuisez vos muffins, par exemple !) pendant 4 heures à 200°C.

Pas de silicone chez moi !

Bon, d'accord, je l'avoue : nous avons un moule à muffins en silicone, mais nous l'avions acheté avant de nous poser toutes ces questions. Nous nous contenterons de l'utiliser dans les conditions décrites ci-dessus pour limiter les risques.

Moule silicone

 

Et pour continuer à cuisiner à l'étouffée en toute tranquillité sanitaire et écologique, je vais investir tout simplement dans un plat en verre avec couvercle. J'ai repéré ce site que j'envisage de tester prochainement : http://www.videlice.com/103-verre-.

 

Sources sur le silicone :